Page images
PDF
EPUB
[graphic][subsumed][merged small][merged small][merged small][merged small]

OU

RUDIMENT D'ARCHÉOLOGIE

(Architecture religieuse );

PAR M. DE CAUMONT,

CORRESPONDANT de l'InstituT,

FONDATEUR DES CONGRÈS SCIENTIFIQUES DE FRANCE,

Directeur de l'Institut des provinces et de la Société française pour la conservation
des monuments historiques.

Ouvrage approuvé

PAR L'INSTITUT DES PROVINCES DE FRANCE

Pour l'enseignement de cette science dans les Colléges, les Séminaires et les Maisons
d'éducation des deux sexes.

e e ele ele

3o. ÉDITION,

PARIS,

DERACHE, RUE DU BOULOY, No. 7;
DIDRON, RUE HAUTEFEUILLE, 13;

CAEN,
HARDEL, IMPRIMEUR, ÉDITEUR, RUE FROIDE, 2;
ROUEN, LE BRUMENT, SUCCESSEUR DE FRÈRE.

ET CHEZ LES PRINCIPAUX LIBRAIRES DES DÉPARTEMENTS.

-

Juin 1854.

LEIAN

LIBRA

4 NOV

1922

OXFORD

Caen, imp. de A Hardel.

Deux éditions rapidement épuisées de l'Abécédaire d'archiologie de M. de Caumont nous imposent le devoir d'en publier une troisième qui renterme 100 pages de plus que la dernière et un grand nombre de figures nouvelles.

Le succès de cet ouvrage n'a rien qui étonne quand on sait que M. de Caumont a le premier établi par l'observation des faits le système de classification chronologique adopté généralement aujourd'hui et qu'il a été dans plusieurs grandes réunions, proclamé à bon droit, fondateur de l'école française d'archéologic.

M. de Caumont eut effectivement de bonne heure la pensée d'appliquer aux monuments français une méthode de classification chronologique, dont les classifications des géologues lui traçaient en quelque sorte le plan : il conçut alors l'ouvrage qui a fait sa réputation comme archéologue. Il publia d'abord dans le premier volume de la Société des Antiquaires de Normandie (1824), un Essai sur l'architecture religicuse du moyen-âge accompagné de onze planches.

Ce mémoire, qui travait une classification pour les monuments du moyen-âge, fut partout remarqué malgré ses imperfections, et analysé dans plusieurs journaux scientifiques français et étrangers. Il importa en France, on peut le dire, un genre d'étude dont presque personne ne s'occupait et que plus tard M. de Caumont devait rendre populaire par la publication de son Cours d'antiquités qui fit dans l'élude de l'archéologie nationale unc véritable révolution.

Ce fut en 1830 que parut le premier volume de cet important ouvrage : avant de le mettre sous presse, M. de Caumont avait fait de l'archéologie l'objet d'un enseignement oral dans la ville de Caen. Il avait entrepris des voyages qui lui avaient permis de voir et de comparer un grand nombre de monuments; il avait fait de longues recherches dans les bibliothèques de Paris,

groupé et analysé les faits consignés dans les collections de l'académie des inscriptions, de la Société des Antiquaires de Londres et dans plusieurs autres recueils du premier ordre; puis généralisant ces faits et les comparant aux résultats qu'il avait obtenus par ses propres observations, il arriva à poser des règles de classification chronologique que son æil clairvoyant, son esprit juste et son talent d'analyse, lui avaient fait découvrir et parfois deviner, règles que les nombreuses observations faites depuis dans les diverses contrées de l'Europe n'ont fait que confirmer.

Plus de soixante auditeurs avaient suivi le Cours d'antiquités monumentales. Un grand nombre de dessins de grande dimension et même des modèles en relief, mis sous les yeux de l'assemblée, donnaient aux leçons du jeune professeur un plus grand intérêt encore. Il était impossible de les entendre sans y puiser des connaissances précises sur l'histoire de l'art et la succession des formes aux différents âges. Le cours imprimé a fidèlement reproduit ces conférences, et le succès en a été prodigieux, on peut le dire.

Le quatrième volume, qui traite de l'architecture religieuse du moyen-âge, sut bientôt épuisé. Il a fallu le réimprimer plusieurs fois

En 1835, parut une nouvelle édition des tomes 4 et 5 du Cours d'antiquités, sous le titre d'Histoire de l'architecture religicuse, civile et militaire du moyen-âge. Trente planches accompagnaient ce volume.

L'Histoire sommaire de l'architecture religicuse en un volume in-8'., avec atlas in-4o. et des gravures sur bois dans le texte, autre édition de la partie de l'histoire de l'art, relative aux monuments religieux, a été publiée en 1841.

Enfin l'abécédaire d'archéologie , édité en 1850, n'est luimême qu'une nouvelle édition du dernier ouvrage, avec quelques changements dans la forme et de nombreuses illustrations dans le texte.

Ces différentes réimpressions donnent un total de 8,000 exemplaires, qui se sont répandus sur tous les points de la France, en Belgique, en Allemagne, en Italie et en Angleterre.

On conçoit combien un succès aussi complet dut produire de

« PreviousContinue »