Page images
PDF
EPUB

des populations indigènes au moment où la civilisation de la pierre polie y a pénétré?

5° A quoi tient-il que les populations de la pierre polie n'ont pas pu, sans secours étranger, s'élever jusqu'à la civilisation des métaux?

Ces questions sont toujours à l'étude.

La Gaule après les métaux: Les armes de bronze. — A une date impossible à déterminer, mais qui vraisemblablement ne remonte pas au delà du xe ou xII° siècle avant notre ère, des armes de bronze, des ustensiles et des bijoux de même métal commencèrent à pénétrer dans ce monde septentrional où dominait exclusivement la civilisation de la pierre polie. L'or travaillé en feuille au repoussé, ou fondu avec art à cire perdue, fait à la même époque son apparition sur plusieurs points privilégiés de ces mêmes contrées. Ces bijoux, ces ustensiles, ces armes sont fabriqués avec un métal composé partout des mêmes. éléments, du même alliage. Les formes, sans être identiques, ont toutes un air de famille. Les motifs d'ornementation ont un caractère uniforme. Les différences d'un pays à l'autre constituent, en un mot, des variétés plutôt que des types distincts.

Les nouveaux courants, fécondant ainsi les régions longtemps déshéritées du monde ancien, sortaient donc d'une source unique. Les archéologues sont d'accord à cet égard. Il est également démontré que le point de départ de cette civilisation doit être cherché non au nord-est, en Sibérie et au delà, mais au midi, du côté du Caucase ou de la Méditerranée. Nous n'hésitons point à considérer le

1. Il ne faut pas oublier que l'usage du métal était commun, dans certaines contrées, deux ou trois mille ans avant notre ère.

2. Voir notre article: Le Bronze dans les pays transalpins.

3. Voir plus loin notre article: Le Bronze dans les pays transalpins.

Caucase et le fond de la mer Noire comme le foyer central, en Europe, de ce grand mouvement'. Les teintes jaunes. de la carte annexée à ce volume permettent de suivre les effets de ces courants au nord et au sud, où la nouvelle culture sociale s'est répandue par deux voies nettement tracées le Dniéper, la Vistule et l'Oder d'un côté, le Danube de l'autre.

Dans le Nord, principalement dans les pays scandinaves, Suède et Danemark, l'introduction des métaux, à quelque cause qu'elle soit due, fut suivie d'une révolution complète. La civilisation, sous cette influence, change de face; les rites religieux, les conditions générales de la vie, s'y modifient. A l'inhumation succède l'incinération. L'usage des monuments sépulcraux mégalithiques est délaissé; la demeure dernière des chefs, ou plutôt de leurs cendres, est un tumulus de forme et de construction nouvelles 2.

Les dépouilles de la guerre les plus riches sont sacrifiées aux dieux, déposées dans les lacs, enfouies sous des tertres ou des pierres consacrées. On a le soupçon qu'une aristocratie théocratique et guerrière à la fois préside à cette transformation. La poignée des glaives étincelle d'or; la coupe des dieux, le bracelet du chef, sont en or également. La richesse s'unit à la force.

Les débris des navires de cette époque ne nous ont point été conservés, mais l'image de ces navires est gravée sur

1. Worsaae, la Colonisation de la Russie et du Nord scandinave, et leur plus ancien état de civilisation (Mémoires de la Société des Antiquaires du Nord, 1873 et 1874), traduit par E. Beauvois. Copenhague, 1875.

2. Il ne faut pas croire, toutefois, que cette révolution ait été brusque. Entre l'époque de la pierre polie et l'époque du bronze pur a existé une période de transition, mais, comme nous le disons, la révolution a fini par être complète bien avant l'introduction du fer en Scandinavie. (Note de la seconde édition.) 3. Les navires les plus anciens découverts dans le Nord datent du ne ou Ie siècle après notre ère.

les couteaux et les rasoirs du temps: ces navires sont de forme élégante; on les sent rapides (fig. a et b).

[ocr errors][merged small][ocr errors][merged small]

Les rochers du Bohuslan (Suède) portent des représentations semblables'. L'organisation sociale est stable, car elle durera jusqu'au delà de l'ère chrétienne chez ces énergiques populations, avec un dédain et une répulsion de plus en plus marqués pour les mœurs étrangères.

Au sud et le long du Danube, la civilisation du bronze a pour théâtre principal la Hongrie d'abord, puis la Savoie et la Suisse. Nous ne parlerons pas de la Hongrie, encore imparfaitement étudiée'; nous devons nous arrêter à la Suisse et à la Savoie, car en Suisse et en Savoie nous sommes en Gaule.

1. Voir p. 64.

2. Voir Worsaae, la Colonisation de la Russie, etc.

3. Le huitième congrès archéologique, depuis la publication de notre première édition, s'est réuni à Pesth. L'existence d'une province hongroise du bronze, suivant l'heureuse expression de M. Worsaae, y a été nettement constatée. On a même cru pouvoir établir celle d'un áge du cuivre ayant précédé l'âge du bronze. Voir le mémoire de M. Pulsky.

Les palafittes des lacs de Genève, de Neufchâtel, de Bienne et du Bourget semblent, à considérer la similitude seule des objets, une colonie scandinave. Les armes ont la même dimension, la même forme, les mêmes poignées étroites. Les bijoux ont les mêmes motifs de décoration, les couteaux la même forme. La Suisse est, sous ce rapport, beaucoup plus près du Danemark que la Hongrie. L'or y est toutefois moins abondant que dans le nord. On s'aperçoit que les populations ne sont plus à portée de l'Oural. Il y a une autre distinction à faire : nous ne trouvons point en Suisse de tumulus de l'âge du bronze pur, de l'âge du bronze scandinave. Dans les tumulus helvétiques, le fer apparaît presque toujours. Au fond des lacs, d'ailleurs, point de squelettes. Quel rite funéraire ces populations avaient-elles? Il est à croire qu'elles pratiquaient l'incinération, comme leurs pères du nord. Des inhumations auraient, ce semble, laissé plus de traces. Mais on ne peut faire, à cet égard, que des conjectures. Ayons de la patience. Les archéolognes suisses veillent attendons qu'ils aient parlé.

:

Si la situation de la Suisse ne comportait pas le développement d'une marine comme en Suède et en Danemark, les habitants des palafittes avaient des chars de guerre ou de parade. Les chevaux, de petite taille, sont harnachés avec luxe et couverts de plaques étincelantes 3.

Jusqu'où cette civilisation rayonnait-elle au sud et à l'ouest? Au sud nous la retrouvons à Ronzano, près Bo

1. Voir Desor, le Bel áge du bronze lacustre en Suisse, 1874.

2. La coïncidence des objets du type de l'âge de bronze et du rite de l'incinération dans tous les pays du Nord rend cette hypothèse probable. Le fait que les cimetières les plus anciens de la haute Italie sont des cimetières à incinération est un nouvel et puissant argument en faveur de la même thèse. Voir plus loin notre article : L'Incinération dans la haute Italie pendant l'ère celtique.

3. Voir notre article: Deur mors de bronze, etc.

:

logne1 (Italie). A l'ouest, très accentuée dans les Alpes et dans la vallée du Rhône, elle est faiblement représentée dans le reste de la Gaule. Un fait est surtout à remarquer pas plus en France qu'en Suisse nous ne trouvons de tombeaux de l'époque dite age du bronze; nous n'en trouvons pas davantage en Italie. Les objets typiques de cette époque conservés dans nos musées ne proviennent point de monuments sépulcraux; ils sortent du lit des rivières, de la fente des rochers, ou étaient enfouis sous des amoncellements de pierres et de terre, sans aucune trace de restes humains; on peut conjecturer que ces armes et ces bijoux sont des offrandes : la part des dieux. Nous ne connaissons point à ce fait singulier d'explication plus plausible.

La civilisation du bronze pur a donc très peu pénétré en Italie, très peu pénétré en Gaule ?? Doit-on s'en étonner? En Italie la civilisation du bronze, telle que nous la trouvons dans le nord, avait été devancée par la civilisation pélasgique et tyrrhénienne, d'un tout autre esprit, et qui de bonne heure connut le fer. Les deux civilisations se heurtèrent en Cisalpine: la civilisation méridionale devait l'emporter; les tribus des palafittes ne pouvaient lutter contre l'Étrurie.

En Gaule, l'obstacle véritable fut la civilisation mégalithique dont nous avons présenté plus haut le tableau abrégé. Les chefs acceptèrent le nouveau métal sans changer de mœurs. Quelques-uns des objets de bronze de style primitif ont été trouvés sous des dolmens'. Dans le

1. Gozzadini, De quelques mors de cheval italiques. Bologne, 1875. 2. Nous faisons toujours exception pour les cités lacustres.

3. La civilisation pélasgico-tyrrhénienne acceptait et développa les arts plastiques proscrits par la civilisation septentrionale. Voir, Les premiers habitants de l'Europe, de M. d'Arbois de Jubainville.

4. Voir la belle épée de bronze découverte sous un dolmen du Lot et publiéc par M. de Bonstetten, dans son Essai sur les dolmens, p. 36 et pl. II, fig. 3.

« PreviousContinue »