Page images
PDF
EPUB

Le recouvrement des cotisations étant devenu très-difficile, par l'intermédiaire des banquiers, le Trésorier prie MM. les membres de la Société de vouloir bien lui faire parvenir le montant de leurs cotisations et des abonnements au Bulletin monumental, au moyen d'un bon sur la poste.

Le droit de 2 fr. pour °), et le prix du timbre des mandats au-dessus de 10 fr. pourront être prélevés sur la somme à payer; le port de la lettre d'envoi sera acquitté par le Trésorier, en sorte qu'il n'y aura aucune augmentation de dépense pour MM. les membres de la Société.

.

Ainsi, il suffira de faire verser au bureau de poste 10 fr. ou 25 fr.; de réclamer un mandat de 9 fr. 80 c., ou de 24 fr. 15 c. sur la poste de Bayeux, au nom de M. GAUGAIN, trésorier, et de lui adresser ce mandat sous une simple enveloppe.

Le Conseil d'administration compte sur l'empressement de MM. les Membres de la Société à se conformer à cette recommandation.

Nta. Il n'est rien changé au mode de perception, dans les villes où l'un de MM. les membres de la Société a bien voulu se changer du recouvrement des fonds.

SÉANCES GÉNÉRALES

TENUES

A BOURGES (Cher).

EN OCTOBRE 1849,

PAR LA

SOCIÉTÉ FRANÇAISE

POUR LA CONSERVATION

DES MONUMENTS HISTORIQUES.

Fine Art

PARIS,

DERACHE, RUE DU BOULOY, 7,

CAEN, CHEZ A. HARDEL, IMPRIMEUR-LIBRAIRE,

RUE FROIDE, 2.

1850.

ор

Fs Gr

1849

INDIANA UNIVERSITY LIBRARI

CONGRÈS ARCHÉOLOGIQUE

DE FRANCE.

XVI. SESSION A BOURGES (CHER).

OCTOBRE 1849.

Le Congrès archéologique de France devait se tenir à Dijon, en 1849, lorsque M. Baudot, qui s'était chargé des préparatifs, fut atteint d'une maladie grave et forcé d'aller passer aux eaux le temps de sa convalescence: le conseil prit alors la détermination de réunir le Congrès à Bourges, où il comptait le convoquer en 1850. Le jour de l'ouverture de la session fut fixé au 1er. octobre.

Précédemment, l'Institut des provinces, qui s'honore de compter parmi ses membres M. le Président de la République et trois ministres, M. de Falloux, M. La Crosse et M. de Tocqueville, avait convoqué, pour le même jour, à Bourges, une session annuelle. Cette coïncidence ne pouvait qu'être favorable au succès des deux réunions. M. Matter, premier président, voulut bien mettre le palais de la Cour d'appel à la disposition de la Société. Mgr. le cardinal Dupont, archevêque de Bourges, et M. le préfet du Cher, accueillirent de leur côté le projet de la compagnie. M. de Caumont se transporta à Bourges, le 1er. août, pour visiter les principales notabilités

de la ville et pour leur communiquer le programme de la session. M. l'abbé Crosnier, inspecteur du département de la Nièvre, M. le baron de Girardot, secrétaire-général de la préfecture du Cher, M. Maréchal, ingénieur des ponts-etchaussées, M. de Bengy de Puyvallée, président de la Société d'agriculture du Cher, promirent leur coopération empressée.

Le Congrès fut convoqué par M. l'abbé Le Petit, secrétairegénéral de la Société française, et, le 1er. octobre, l'ouverture de la session a eu lieu dans la salle de la Cour d'assises du palais; les procès-verbaux qui vont suivre feront connaître les résultats de cette session.

Séance du 1er octobre.

Présidence de M. DE CAUMONT, directeur de la Société.

A deux heures, M. de Caumont occupe le fauteuil. Il appelle au bureau M. l'abbé CROSNIER, chargé de remplir les fonctions de secrétaire-général, et MM. BOUILLET, inspecteur-divisionnaire de l'Auvergne; l'abbé AUBERT, inspecteurdivisionnaire du Poitou; Mqis. de VOGUE, inspecteur de la Société, président du conseil général du Cher; G. de SOULTRAIT, inspecteur de l'Allier; L. GAUGAIN, trésorier en chef; LAMBRON DE LIGNIM, membre du conseil administratif; baron de GIRARDOT, id.; de BENGY DE PUYVALLÉE, président de la Société d'agriculture du Cher; LE MAISTRE D'ANSTAING, président de la Société archéologique de Tournai; THÉVENOT, de Clermont; Cte. L. de KERGOLAY, de l'Oise; BOUCHER DE PERTHES, président de la Société d'Abbeville.

On remarque parmi les autres membres présents à la séance :

« PreviousContinue »