Journal des sçavans

Front Cover
Éditions Klincksieck, 1745
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 2032 - Modeste en ma couleur, modeste en mon séjour. Franche d'ambition, je me cache sous l'herbe, Mais si sur votre front, je puis me voir un jour, La plus humble des fleurs sera la plus superbe.
Page 1927 - La lune fuit devant nos yeux ; La nuit a retiré ses voiles ; Peu à peu le front des étoiles S'unit à la couleur des cieux. Déjà la diligente avette Boit la marjolaine et le thym, Et revient riche du butin Qu'elle a pris sur le mont Hymette. Je vois le généreux lion Qui sort de sa demeure creuse Hérissant sa perruque affreuse Qui fait fuir Endymion.
Page 2024 - Je me flattais toujours d'une espérance vaine, Faisant le chien couchant auprès d'un grand seigneur. Je me vis toujours pauvre, et tâchai de paraître ; Je vécus dans la peine, espérant le bonheur, Et mourus sur un coffre, en attendant mon maître.
Page 1809 - Que si j'ai renfermé cette pièce, dit-il, dans la règle d'un jour, ce n'est pas que je me repente de n'y avoir point mis Mélite, ou que je me sois résolu à m'y attacher dorénavant.
Page 2256 - France avec le Journal historique d'un voyage fait par ordre du Roi dans l'Amérique septentrionale. Par le P. de Charlevoix, de la compagnie de Jésus.
Page 2270 - Observations sur la maladie qui a commencé depuis quelques années à attaquer le gros bétail en divers endroits de V Europe; ibid., 1716, in-12; Paris, 1745, in-12; — Theatrum Anatomicum , cum Eustachii tabulis anatomías; ibid., 1716-1717, 2 vol.
Page 1925 - Éloigné des bords de la Seine, Et du doux climat de la cour, II me semble que l'œil du jour Ne me luit plus qu'avecques peine.
Page 1973 - L'abbé Sallier, dans son mémoire cité ci-dessus , dit que le manuscrit sur vélin , du cabinet de M. de Bombarde, où il a trouvé les poésies de Charles d'Orléans , en contient également de Jean, duc de Bourbon ; de Philippe le Bon, duc de Bourgogne; de René d'Anjou, roi de Sicile; de Jean de Lorraine, duc de Calabre ; de Jean , duc d'Alençon ; du duc de Nevers; du comte de Clcrmont, etc., etc., etc.
Page 2034 - Ne te lasse point de l'apprendre Pour le moins encore cent ans. L'effet de cette loi nouvelle Est de comprimer la cervelle, De rétrécir l'entendement, D'affaiblir V Imaginative : Par ce moyen juge comment L'âme se rend plus attentive.
Page 2042 - J'ai la plume féconde , & la bouche ftérile ; Bon galant au Théâtre , & fort mauvais en Ville; Et l'on peut rarement m'écouter fans ennui , Que quand je me produis par la bouche d'autrui.

Bibliographic information