Annuaire des cinq départements de l'ancienne Normandie. An. 10-54, 56, 96

Front Cover
1843
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 117 - Providence tutélaire éleva ces chaînes de montagnes, « rapprocha ces mers, traça et dirigea 'le cours de tant de « fleuves, pour faire un jour de la Gaule le lieu le plus « florissant du monde a. » Trois familles humaines se partageaient ces richesses et ce beau territoire : 1° la FAMILLE IBÊRIENNE , divisée en deux branches les Aquitains et les...
Page 318 - ... il a tout vu, tout étudié, tout deviné, tout décrit. Il a plus d'une fois parcouru la France entière pour sauver ce qui pouvait être sauvé , et pour découvrir non-seulement les monuments , mais, ce qui était plus rare encore, les hommes qui pouvaient les aimer et les comprendre.
Page 91 - ... apprirent de peuples plus avancés à manier la charrue, à semer les différentes espèces de graines, à cultiver les légumes, à planter la vigne et à presser l'olive pour en retirer de l'huile.
Page 114 - Tacite, la fécondité du sol, ils ne luttaient point contre l'espace pour planter des vergers, enclore des prairies , arroser des jardins , ils n'exigeaient de la terre que des céréales.
Page 132 - Des bâtiments d'exploitation agricole, des haras, des étables, des bergeries et des granges, les masures des cultivateurs et les cabanes des serfs du domaine complétaient le village royal, qui ressemblait parfaitement, quoique sur une plus grande échelle, aux villages de l'ancienne Germanie. Dans le site même de ces résidences, il y avait quelque chose qui rappelait le souvenir des paysages...
Page 336 - A présent que le sol est bien préparé, nous disait-il, il faut lui faire produire des moissons plus abondantes; il nous faut faire pénétrer plus profondément dans la société les notions historiques et archéologiques; il faut qu'elles entrent dans l'éducation du peuple; il faut que nous développions dans les esprits l'amour du sol natal, rendu plus vif par la connaissance des faits qui l'ont illustré; il faut que nous retrouvions cette initiative que la centralisation a éteinte et sans...
Page xx - Cette Commission seconde le Trésorier dans l'administration financière de la Société, la perception des cotisations ; vérifie les comptes, etc. Elle est renouvelée chaque année. CALVADOS. Inspecteurs divisionnaires : MM. RENAULT, conseiller honoraire à la Cour d'appel de Caen, à Falaise; DE LÉONARD DE RAMPAN, à Écrammeville. ARRONDISSEMENT DE CAEN. Inspecteur : M. CORNET-LAVALLÉE. Canton* de Caen.
Page 116 - Loire, qu'avaient eu lieu les premiers travaux agricoles, et que la civilisation avait pris ses premiers développements. Malgré l'extension progressive de l'agriculture, l'éducation des bestiaux fut toujours la principale industrie des peuples gaulois, qui consommaient beaucoup moins de grain que de viande et de lait. Ils engraissaient des troupeaux innombrables de grand et de petit bétail ; et des porcs d'une grosseur énorme erraient par bandes et à l'abandon dans leurs bois; où, devenus...
Page 407 - Quoi donc ? Toujours l'adieu, le regret, puis l'oubli ! La passion, ainsi que l'encre, avait pâli Sur ces lettres d'amour, tendres ou libertines. Et puis Rosette ici réclamait des bottines, Florine un rôle en vers, Célimène un sonnet. Ces détails lui sautaient aux yeux; il comprenait; Et l'unique bonheur auquel on peut prétendre En ce monde, est de croire et non pas de comprendre.
Page 131 - D'autres maisons de moindre apparence étaient occupées par un grand nombre de familles qui exerçaient, hommes et femmes, toutes sortes de métiers, depuis l'orfèvrerie et la fabrique des armes jusqu'à l'état de tisserand et de corroyeur, depuis la broderie en soie et en or jusqu'à la plus grossière préparation de la laine et du lin.

Bibliographic information