Page images
PDF
EPUB

précédents architectes, MM. Dubois et Pinchon, qui avaient cessé de s'occuper de ces travaux; et ils proposèrent en outre de diminuer un peu le volume de la partie supérieure.

C'est alors qu'nn plan, dressé dans ces conditions, et dont la dépense était évaluée à environ trois cent mille francs, fut présenté et approuvé provisoirement ..... Nous disons provisoirement, parce que, bientôt après, on éleva quelques doutes sur la solidité de la tour; mais par des calculs très-exacts, il fut démontré qu'après l'achèvement de la flèche, la tour se trouverait déchargée d'un poids d'environ 400,000 kilog., et que les piliers présenteraient eucore, en charge de sécurité, un excédant de force portante de 5,000,000 de kilog.

Néanmoins, les choses en restèrent là jusqu'en 1868, où, sur de nouvelles instances de Mgr le Cardinal, MM. les inspecteurs généraux, ayant encore visité la tour, déclarèrent enfin qu'il n'y avait pas de danger à continuer l'entreprise; mais ils proposèrent un nouveau mode de construction en fer forgé, recouvert en cuivre, qui fut ensuite abandonné.

Les malheurs de la guerre et le changement de gouvernement retardèrent encore l'exécution du projet d'achèvement, mais à la fin d'octobre 1875, les nouveaux inspecteurs généraux des édifices diocésains, MM. Abadie, Ballu et Millet, et M. Gautier, contrôleur en chef, furent envoyés à Rouen par M. le ministre des Cultes pour examiner de nouveau sur place s'il pouvait être donné suite au projet conçu par M. l'architecte Alavoine pour le couronnement de la flèche de la cathédrale. La visite qu'ils firent de la tour centrale et de la flèche, y compris la partie supérieure préparée depuis trente ans et restée dans le chantier des travaux, les ayant convaincus de la possibilité de placer ce couronnement sans qu'il en résultat aucun danger pour l'édifice, M. le ministre, sur le rapport favorable de MM. les inspecteurs généraux, a approuvé, le 12 janvier dernier, le devis de ces travaux, montant à 40,000 francs, et ouvert un crédit à valoir de 20,000 francs pour en commencer l'exécution.

a

M. Filleul, entrepreneur de serrurerie à Rouen, étant chargé de l'exécution de ces travaux, les a commencés le 1er mars dernier, et déjà une grande partie des échafaudages, confiés à M. Gambier, maitre charpentier en cette ville, étant élevés, il est permis d'espérer que, si la saison est favorable, on pourra avant la fin de l'année placer la croix au sommet de la flèche.

La partie inférieure de la flèche, qui devra être accompagnée de quatre clochetons avec huit arcs-boutants, et de quatre grands gables remplis de meneaux, sera l'objet d'un nouveau devis; et nous devons espérer que le Gouvernement nous accordera ce complément indispensable de l'entreprise.

Voici l'état des hauteurs des différentes parties de cette flèche :

1° Du sol de l'église à la partie supérieure de la corniche de la tour de pierre .

65",07 2° La partie en fonte au-dessus de cette corniche, non compris 12 mètres qui sont en contre-bas, dans l'intérieur de la tour.

59 58

124 63

La hauteur totale actuelle est alors de.

La hauteur de la partie à poser, y compris la croix, étant de

23 85

.

La hauteur totale sera de.

148 50

.

[merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

Cette lecture finie, M. de Glanville place sous les yeux du bureau le dessin de la flèche, accostée de quatre clochetons, appuyés de huit arcs-boutants et séparés par quatre grands gables garnis de meneaux dont la construction est proposée par M. Barthélemy. Plus tard, si l'on dispose de fonds suffisants, les moulures seraient dorées et les parties en retraite peintes en ton d'ardoise clair.

Notre collègue ajoute, qu'il est toujours préférable d'employer, quand on le peut, les ouvriers du pays; dans la question actuelle, leur intervention se traduit par quatrevingt mille francs d'économie,

La réunion donne son approbation entière au projet préparé par M. Barthélemy.

La séance est terminée par l'examen de la deuxième question du programme : Faire connaitre les transformations subies par la cathédrale d'Évreur (1).

M. de Laurière donne lecture du mémoire préparé par M. Anthyme Saint-Paul.

Nous le reproduisons dans son entier.

Le cas de la cathédrale d'Évreux.

Au point de vue de l'intérêt qu'ils présentent, nos mo

(1) L'absence de M. Desmarest n'a pas permis de traiter la sixième question, qui avait pour titre : Exposer les dernières découvertes archéologiques faites dans la contrée.

numents dits « historiques dans le langage officiel, devenu à bon droit le langage de tout le monde, peuvent ètre divisés en deux grandes catégories : ceux qui fournissent des documents pour l'histoire politique ou sociale d'un pays, et ceux qui servent à l'étude des variations de l'art. L'un ou l'autre de ces caractères suffit largement à justifier la sollicitude de l'État, les sacrifices du budget et l'intérêt passionné des hommes instruits. Qu'est-ce donc lorsqu'un seul édifice se recommande à la fois des deux titres, lorsqu'il est en même temps et un souvenir et un sujet d'observations archéologiques?

Ces édifices doublement historiques, doublement vénérables, dont l'æuvre moderne doit craindre deux fois de venir altérer le caractère, ont leur type par excellence dans nos vieilles cathédrales, dans celles du Nord surtout. Sans être monuments civils ou militaires, les cathédrales gothiques, à commencer par celles de Sens et de Noyon, et à finir par celle d'Orléans, ont reçu au suprême degré l'empreinte matérielle des meurs publiques et privées de tout un peuple durant plusieurs siècles, ont vu s'accomplir sous leurs voûtes des événements importants, et conservent dans leurs vitraux, leurs armoiries, leurs tombeaux des pages considérables de l'histoire de nos plus grandes familles; elles sont en outre l'indice le plus certain de la situation artistique à l'époque où elles furent élevées, car leurs énormes dimensions et les difficultés particulières résultant de la nature même des plans ne manquaient pas de provoquer la mise en æuvre de toutes les ressources architectoniques connues et en faisaient souvent découvrir de nouvelles.

Eh bien! le croirait-on ? ce sont précisément nos cathédrales, celles du moins qui portent encore ce titre, qui ont été retranchées, non pas de la liste, mais du budget et de l'administration spéciale des monuments historiques. Était-ce une mesure d'économie? Le changement de situation se produisit en 1853; et cette date est une réponse, car on sait que le régime inauguré vers cette époque ne lésinait pas en matière de constructions. Les motifs furent ou durent être tout opposés. Une assez maigre somme étant consacrée chaque année à l'ensemble des monuments historiques, et la commission chargée d'en diriger l'emploi ayant pour principe d'empêcher les reconstructions inutiles ou les embellissements superflus, nos cathédrales pouvaient très-difficilement devenir l'objet de travaux de ce dernier genre. Ainsi était enlevé au Gouvernement un moyen de se rendre favorable le haut clergé et les populations des grandes villes. Attribuer directement à l'administration et au budget des cultes les maîtresses-églises de nos diocèses, c'était en réalité leur enlever toute recommandation venant de leur valeur historique pour les confondre avec les cuvres modernes et même avec les cuvres en état de projet, c'était les considérer comme de simples @uvres d'art qu'il devait être permis de perfectionner indéfiniment, c'était par suite s'autoriser à agir librement avec elles. On attribua donc nos cathédrales au ministère des cultes, et depuis lors les voilà devenues, comme le disait M. de Caumont, une matière électorale. Une véritable épée de Damoclès est continuellement suspendue sur nos églises les plus vénérables, exposées à se voir travesties dès que tel ou tel parti victorieux sentira le besoin de faire de leur travestissement une récompense ou un encouragement pour ceux dont il aura reçu ou espéré le concours !

Ce danger n'est pas le seul qui menace nos cathédrales. Les architectes à qui elles sont uniquement confiées, désormais libres d'être moins archéologues, sont d'autant XLII SESSION.

25

« PreviousContinue »