Revue d'anthropologie, Volume 6

Front Cover
C. Reinwald (y Compañía)
C. Reinwald, 1877
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 65 - L'artère et le nerf de l'humérus passaient par l'ouverture supracondyloïde. A cette période ou à une période antérieure, l'intestin possédait un diverticulum ou csecumplus grand que celui existant actuellement. Le pied, à en juger par la condition du gros orteil dans le fœtus, devait être alors préhensile, et nos ancêtres vivaient sans doute habituellement sur les arbres, dans quelque pays chaud, couvert de forêts. Les mâles avaient de grandes dents canines qui leur servaient d'armes...
Page 219 - ... restitution qui suivait la trépanation posthume ; mais on remarquera que deux fois sur trois on avait choisi des rondelles régulières, qui étaient très-rares et très-précieuses; c'est la preuve de l'importance qu'on attachait à cette cérémonie. Quel était le but des amulettes intra-crâniennesr N'étaient-elles qu'un symbole, qu'une représentation en petit de la grande portion de crâne enlevée par la trépanation posthume ? C'est peu probable, car un fragment crânien quelconque...
Page 486 - Mais, plus je réfléchis, plus je me confirme dans la conviction que l'homme et l'animal pensent et raisonnent en vertu d'une faculté qui leur est commune et qui est seulement énormément plus développée dans le premier que dans le second. Ce que je viens de dire de l'intelligence je n'hésite pas à le dire aussi du langage qui en est la plus haute manifestation.
Page 206 - Elle explique encore, et elle explique seule pourquoi les crânes des sujets trépanés étaient considérés comme sanctifiés, et pourquoi on en faisait des amulettes après la mort des sujets; ce n'était pas le fait même de l'opération qui pouvait leur donner leur caractère de sainteté, c'était la nature mystique de la maladie que l'opération avait guérie. Le crâne où un Esprit avait habité, l'ouverture à travers laquelle il était sorti, étaient marqués d'un sceau surnaturel ; et...
Page 9 - Les crânes des individus qui survivaient à cette trépanation étaient considérés comme jouissant de propriétés particulières, de l'ordre mystique; et, lorsque ces individus venaient à mourir, on taillait souvent, dans leurs parois crâniennes, des rondelles ou fragments, qui servaient d'amulettes, et que l'on prenait de préférence sur les bords de l'ouverture cicatrisée...
Page 15 - Demi-nat. substance, située vers le milieu de la suture sagittale, entame profondément les deux pariétaux (voir fig. 7). Il semble donc que le siège des ouvertures ne soit assujetti à aucune règle. Il y avait cependant une règle importante, et à laquelle aucun des faits que je connais ne fait exception : c'est qu'on respectait toujours la partie du crâne qui n'est pas recouverte de cheveux, celle qui constitue le front, et qui appartient au visage ; je parle de la région appelée front...
Page 15 - ... de la région n'est nullement modifiée. Les ouvertures que je viens de décrire occupent des régions très-variables ; la plupart correspondent au pariétal, quelques-unes à l'écaillé occipitale ou à la partie la plus élevée de l'écaillé frontale. D'autres sont en quelque sorte à cheval sur une suture, de manière à empiéter, à peu près par moitié, sur les deux os voisins. M. de Baye a représenté dans son mémoire deux cas de ce genre : sur le premier crâne, l'ouverture traverse...
Page 29 - On voit maintenant (voir fig. 11) que cette suture n'est pas droite ; elle décrit, entre le bregma et le lambda, une courbe assez prononcée, dont la concavité est dirigée vers la ligne médiane, et dont la convexité est tournée vers le côté gauche, c'est-à-dire vers le côté trépané. Pour apprécier le degré de cette déviation', j'ai simulé une coupe médiane , à l'aide d'un cordon tendu de l'inion à la racine du nez, et passant par le lambda. J'ai reconnu ainsi que la partie moyenne...
Page 488 - On sait qu'il existe en Asie une vaste région entourée au sud et au sud-ouest par l'Himalaya, à l'ouest par le Bolor, au nordouest par l'Ala-Tau, au nord par l'Altaï et ses dérivés, à l'est par le Kingkhan, au sud et au sud-est par le Felina et le KuenLoun. A en juger par ce qui existe aujourd'hui, ce grand massif central pourrait être regardé comme ayant renfermé le berceau de l'espèce humaine.
Page 81 - Broca (1), s'élève en moyenne chez le blanc jusqu'au milieu de la hauteur des fosses nasales antérieures; chez le nègre, il descend souvent au-dessous de l'épine nasale, et quelquefois au-dessous du point alvéolaire ; chez les jeunes anthropoïdes, il descend à peine au-dessous de ce point et peut remonter au-dessus ; chez les anthropoïdes adultes, enfin, il descend toujours bien au-dessous du menton. » II est donc plus que vraisemblable que ce plan descendait beaucoup plus bas chez le précurseur...

Bibliographic information