Histoire de l'Ile-aux-Courdres, depuis son établissement jusqu'à nos jours: avec ses traditions, ses légendes, ses coutumes

Front Cover
Burland-Desbarats, 1879 - 91 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 2 - C'est en pénétrant dans le fond même de la population, en analysant les familles populaires, leurs progrès et leurs défaillances, que l'on saisit complètement la physionomie réelle et les mystères de l'histoire du passé. On connaît alors le secret véritable de la force et de la faiblesse des nations, parce que l'on pénètre dans leurs moeurs, dans leurs idées, dans leurs croyances, dont l'influence est bien autrement forte sur leur destinée que celle de leurs institutions et constitutions.
Page 1 - II serait grandement à désirer qu'il se rencontrât dans chacune de nos paroisses quelque annaliste, qui fît revivre son passé avec cette foule de traditions et d'épisodes qui donnent de la couleur et du charme, en un mot, de la physionomie à l'histoire ; ce serait la réponse la plus victorieuse qu'on pourrait faire aux ennemis de notre race, qui seraient heureux de trouver quelques flétrissures dans notre passé.
Page 73 - Le temps est court; et ainsi, que ceux mêmes qui ont des femmes soient comme n'en ayant point ; — et ceux qui pleurent, comme ne pleurant point; ceux qui se réjouissent, comme ne se réjouissant point; ceux qui achètent, comme ne possédant point; — enfin, ceux qui usent de ce monde, comme n'en usant point : car la figure de ce monde passe.
Page 73 - Voici donc, mes frères , ce que j'ai à vous dire : Le temps est court ; et ainsi que ceux mêmes qui ont des femmes soient comme n'en ayant point ; 30.
Page 39 - ... dans les bateaux. Voyez tous ces hommes trempés d'eau salée jusqu'aux os; se penchant tantôt d'un côté, tantôt de l'autre, pour empêcher leurs embarcations d'être renversées par les virements subits et rapides de la course des marsouins. Voyez encore ces pauvres et malheureux poissons qui tantôt s'enfoncent, tantôt paraissent à la surface de l'eau en laissant échapper de leurs larges et profondes blessures des torrents d'un sang bouillonnant; regardez-les allant, revenant, se croisant,...
Page 32 - Robert, chevalier, conseiller du roi en ses conseils, intendant de justice, police et finances de la marineen Bretagne, et des armées navales de SM (1).
Page 2 - Hameau, qui écrivait récemment à un de ses amis de Québec :' Ces travaux seraient de la plus grande utilité pour rétablir la chronique primitive du Canada sur sa véritable base, en lui restituant le caractère original et pittoresque qu'elle possède par elle-même. Non-seulement ils exerceraient la plus salutaire influence sur les études historiques au Canada, mais sur celles de l'Amérique entière ; car on peut dire qu'aux Etats-Unis, au Mexique, etc., etc., la physionomie des temps primitifs...
Page 2 - Qu'Homère n'inventerait pas. Comme le dit si • bien M. Rameau, dans une Colonie Féodale en Amérique : "La vieille histoire solennelle, académique, philosophique a son utilité et son mérite, mais elle est insuffisante sur l'étude des grands personnages et des intrigues qui s'agitent autour d'eux. C'est en pénétrant dans le fonds même de la population, en analysant les familles populaires, leurs progrès et leurs défaillances, que l'on saisit complètement la physionomie réelle et les...
Page 22 - Arcnts, en l'année 1791. Notre famille jouait aux cartes avec deux voisins, venus passer la veillée avec nous. Cette première secousse fut telle qu'une corde de bois, entrée dans la maison par précaution, fut culbutée de fond en comble ; la maison fut en partie décrépite ; la cheminée fendue et toute délabrée, et de ce crépit tombé sur le plan* cher s'éleva une poussière tellement épaisse qu'on pouvuit à peine respirer et voir les objet».
Page 56 - Venez alors vous en assurer par vous-mêmes. Mais je vous en prie, ne touchez point à mon corps. Demain, vous irez chercher à l'île aux Coudres, M. Compain pour m'ensevelir et me donner la sépulture. Il vous attendra au bout d'en bas de l'île. Ne craignez point de partir, quelque temps qu'il fasse. Je réponds de ceux qui feront ce voyage.

Bibliographic information