De l'Église gallicane dans son rapport avec le souverain pontife: pour servir de suite à l'ouvrage intitulé Du Pape

Front Cover
Pélagaud, 1868 - 358 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 291 - Que, contre la coutume de tous leurs prédécesseurs, un ou deux souverains pontifes, ou par violence ou par surprise, n'aient pas assez constamment soutenu ou assez pleinement expliqué la doctrine de la foi ; consultés de toute la terre, et répondant durant tant de siècles à toutes sortes de questions de doctrine, de discipline, de cérémonies, qu'une seule de leurs réponses se trouve notée par la souveraine rigueur d'un concile œcuménique ; ces fautes particulières n'ont pu faire aucune...
Page 76 - Dieu, je n'ai d'attache sur la terre qu'à la seule Église catholique, apostolique et romaine, dans laquelle je veux vivre et mourir, et dans la communion avec le pape son souverain chef, hors de laquelle je suis très persuadé qu'il n'ya point de salut.
Page 64 - PORT-ROYAL eut sans doute des écrivains estimables, mais en fort petit nombre; et le petit nombre de ce petit nombre ne s'éleva jamais dans un cercle très étroit au-dessus de l'excellente médiocrité.
Page 17 - Il a l'incroyable prétention d'être de l'Eglise catholique, malgré l'Eglise catholique ; il lui prouve qu'elle ne connaît pas ses enfants , qu'elle ignore ses propres dogmes, qu'elle ne comprend pas ses propres décrets, qu'elle ne sait pas lire enfin ; il se moque de ses décisions ; il en appelle ; il les foule aux pieds , tout en prouvant aux autres hérétiques qu'elle est infaillible et que rien ne peut les excuser.
Page 72 - Il est véritable, Monsieur, et je vous le dis hardiment, que cette expérience est de mon invention; et partant, je puis dire que la nouvelle connaissance qu'elle nous a découverte, est entièrement de moi.
Page 280 - ... que parce qu'il admire, et sa louange est toujours parfaitement sincère. Elle part d'une certaine foi monarchique qu'on sent mieux qu'on ne peut la définir ; et son admiration est communicative , car il n'ya rien qui persuade comme la persuasion. Il faut ajouter que...
Page 331 - faut ; Dieu nous la conserve ! On nous croira à la fin , » et le temps découvrira la vérité ; mais il est à craindre » que ce ne soit trop tard , et lorsque le mal aura fait » de trop grands progrès. J'ai le cœur percé de cette » crainte. Dieu vous a mis où vous êtes pour y obvier.
Page 178 - ... point au fond de la doctrine, et qu'elle « n'a aucun effet puisqu'elle n'est que de « quelques particuliers contre une délibérant tion prise dans une assemblée générale « du clergé, et envoyée par toutes les
Page 77 - Le silence est la plus grande persécution : jamais les saints ne se sont tus. Il est vrai qu'il faut vocation, mais ce n'est pas des arrêts du Conseil qu'il faut apprendre si l'on est appelé, c'est de la nécessité de parler.
Page 314 - Pragmatique pour maintenir dans son royaume « le droit commun et la puissance des ordinaires, selon les conciles généraux et les institutions des saints Pères ». Ne demandez plus ce que c'est que les libertés de l'Église gallicane.

Bibliographic information