Revue de l'art chrétien, Volume 44

Front Cover
St. Augustin, Desclée, De Brouwer et Cie, 1895
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 119 - C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère , et s'attachera à sa femme, et ils seront deux dans une seule chair.
Page 119 - Adam dit : Voilà maintenant l'os de mes os, et la chair de ma chair. Celle-ci s'appellera d'un nom qui marque l'homme, parce qu'elle a été prise de l'homme.
Page 119 - Le Seigneur Dieu envoya donc à Adam un profond sommeil ; et lorsqu'il était endormi il tira une de ses côtes , et mit de la chair à la place. Et...
Page 120 - Le serpent repartit à la femme : Assurément vous ne mourrez point; mais c'est que Dieu sait qu'aussitôt que vous aurez mangé de ce fruit vos yeux seront ouverts, et vous serez comme des Dieux, connaissant le bien et le mal. La femme...
Page 269 - ... constatée. — En donner la description avec dessins à l'appui et fournir des renseignements sur leurs auteurs et sur les personnages ou les...
Page 120 - La femme lui répondit : Nous mangeons du fruit des arbres qui sont dans le paradis ; mais pour ce qui est du fruit de l'arbre qui est au milieu du paradis, Dieu nous a commandé de n'en point manger, et de n'y point toucher, de peur que nous ne fussions en danger de mourir.
Page 474 - Le droit de les faire peindre appartenait au seigneur qui avait le patronage de l'église (2), et on les appliquait en signe de deuil lorsqu'il passait de vie à trépas. Cette prérogative, qu'on avait limitée pour que les églises ne fussent pas défigurées par un trop grand nombre de ces ceintures funèbres, formait l'un des droits féodaux les plus recherchés (3).
Page 86 - Rapport fait au nom de la commission des antiquités de la France sur les ouvrages envoyés au concours de l'année 1889, par M.
Page 119 - Le Seigneur Dieu forma donc l'homme du limon de la terre, il répandit sur son visage un souffle de vie, et l'homme devint vivant et animé.
Page 120 - Dieux en connaissant le bien et le mal. La femme considéra donc que le fruit de cet arbre était bon à manger, qu'il était beau et agréable à la vue.

Bibliographic information