Mélanges D'épigraphie

Front Cover
Firmin Didot, 1854 - 291 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 133 - J'avoue que le faible succès obtenu par le modeste antiquaire dans la lecture de l'inscription grecque, qui, selon lui, offrait moins de difficultés, ne m'inspire qu'une médiocre confiance dans l'exactitude du texte qu'il nous a donné de celle-ci. Le cbamp des conjectures reste donc ouvert sur ce texte , et je demande au lecteur la permission d'y entrer.
Page 133 - De1 2' série, t. IV, p. 309. loye ; mais j'ai pensé que ce monument avait assez d'importance pour mériter une nouvelle édition soigneusement revue, corrigée et commentée. Ainsi que je l'ai dit, l'inscription latine est gravée sur la face opposée à celle qui porte l'inscription grecque. Il en résulte que, celle-ci étant en évidence, l'autre se trouve contre le mur du vestibule , et que M. Deloye n'ayant point été autorisé à faire déplacer le monument , il lui a été impossible d'en...
Page 280 - ... et les autres de la même engeance « dont les noms sont exécrés des dieux et des hommes. » « Qui pourrait supporter, disait-il, que l'archimartyr Namphamo prenne le pas sur tous les dieux immortels*? » Et saint Augustin répondait qu'il convenait mal à un Africain, écrivant à un Africain, de tourner en ridicule des noms empruntés à la langue punique et bien supérieurs par leur signification à tous ceux de la mythologie. « Si nous cherchons en effet ce qu'ils veulent dire, Namphamo...
Page 43 - Curatores reipublicie étaient des magistrats extraordinaires, nommés par l'empereur pour surveiller l'administration financière des colonies et des municipes, civitates. Ces cités ne pouvaient, sans leur autorisation, aliéner une partie de leur domaine, ni entreprendre des constructions considérables. Le plus ancien curateur que les inscriptions nous fassent connaître appartient au règne de Trajan... A partir du règne d'Hadrien, ces fonctions furent souvent confiées à des sénateurs qui...
Page 124 - ... à l'improviste sous Marc Aurèle. « La Cappadoce, écrit Léon Renier, était, à la mort d'Antonin, commandée par un légat nommé Sévérien. Séduit par de faux oracles, cet officier envahit de sa propre autorité le territoire de l'Arménie ; mais il y fut bientôt attaqué par les Parthes, qui le forcèrent à se retirer avec la légion XXIIe Dejotariana dans la ville d'Élégia, devant laquelle ils mirent le siège. Au bout de trois jours, la ville était prise, le légat tué, la légion...
Page 44 - Ces cités ne pouvaient, sans leur autorisation, aliéner une partie de leur domaine, ni entreprendre des constructions considérables. Le plus ancien curateur que les inscriptions nous fassent connaître appartient au règne de Trajan... A partir du règne d'Hadrien, ces fonctions furent souvent confiées à des sénateurs qui étaient presque toujours choisis parmi les anciens préteurs... Après le règne de Marc-Aurèle, la plupart des curateurs furent pris parmi les chevaliers romains ; et enfin,...
Page 44 - ... entreprendre des constructions considérables. Le plus ancien curateur que les inscriptions nous fassent connaître appartient au règne de Trajan... A partir du règne d'Hadrien, ces fonctions furent souvent confiées à des sénateurs qui étaient presque toujours choisis parmi les anciens préteurs... Après le règne de Marc-Aurèle, la plupart des curateurs furent pris parmi les chevaliers romains ; et enfin, à partir de Constantin, ces fonctions ne furent plus confiées qu'à des citoyens...
Page 136 - ... de l'avant-dernière ligne. La ligne suivante se trouvait alors trop courte ; mais le défaut se prolongeant jusque vis-à-vis cette ligne, aura rétabli la symétrie en lui offrant l'apparence de la même lettre. 1 Voy. ML Quicherat, Traite rii' versification latini-, [). 80.
Page 124 - L, t. III, pars i, n° 91. 3. LXXI, 2. d'Élégia. C'était au moment où la guerre des Parthes éclata à l'improviste sous Marc Aurèle. « La Cappadoce, écrit Léon Renier, était, à la mort d'Antonin, commandée par un légat nommé Sévérien. Séduit par de faux oracles, cet officier envahit de sa propre autorité le territoire de l'Arménie ; mais il y fut bientôt attaqué par les Parthes, qui le forcèrent à se retirer avec la légion XXIIe Dejotariana dans la ville d'Élégia, devant...
Page 153 - Ce monument a donc été érigé avant l'élévation de Bassianus à la dignité de César et de Prince de la jeunesse, c'est-à-dire, au plus tard , au commencement de l'année 196. Sévère avait pu consulter les oracles de la Pannonie avant la circonstance rapportée par Spartien et Jules Capitolin ; il l'avait pu notamment en allant combattre Pescennius Niger, et c'est peut-être à l'occasion de la défaite de ce prétendant que ce monument a été élevé. Le titre de César appartenait alors...

Bibliographic information