Matériaux pour l'histoire primitive et naturelle de l'homme, Volume 19

Front Cover
C. Reinwald, 1885
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 131 - C'est la première fois, à ma connaissance, qu'on a obtenu un squelette à peu près entier d'une hyène fossile. Les hyènes ont été très communes dans les cavernes de la France et de l'Angleterre ; elles ont même été trop communes au gré des paléontologistes, car elles ont détruit les os d'un grand nombre d'animaux quaternaires, tantôt les dévorant, tantôt les rongeant au point de les rendre méconnaissables. Comme elles n'ont point épargné les os de leur...
Page 131 - Ghastaigner qui ont lepremiers attiré sur elle l'attention des savants. Dans ces derniers temps. M. Félix Régnault, déjà connu par des recherches sur le préhistorique, en a entrepris une exploration détaillée. Ses fouilles ont duré toute une année. Vers le fond de la grotte, se trouve un puits à parois verticales, qui n'a pas moins de 20 mètres de profondeur ; on le connaît sous le nom des Oubliettes de Gargas; personne n'y avait encore pénétré.
Page 407 - ... a encore trouvé dans ces sépultures, dont le nombre est difficilement appréciable, une petite hache en chloromélanite, des fusaïoles, des débris de poterie, de pendeloques faites d'os polis et de dents diverses percées, et des ossements humains en partie décomposés. Le tout était enfoui sous un mètre en moyenne de remblai mêlé à de la cendre et du milieu duquel on a extrait des poteries, des débris d'objets divers en bronze plus ou moins brisés et de peu de valeur, tels que des...
Page 205 - Mais ce travail préparatoire doitservir tout d'abord à établir un plan artificiel, sur lequel on frappe successivement pour obtenir des éclats et des lames. Il en résulte que chaque lame ou éclat porte au point de frappe un petit espace plat, fragment du plan sur lequel on a percuté pour former ledit éclat. C'est ce qu'on appelle le plan de percussion ou de frappe.
Page 470 - On s'est trop habitué à regarder dédaigneusement, du haut de la civilisation moderne, les mentalités du temps jadis, les manières de sentir, d'agir et de penser, qui caractérisent les collectivités humaines antérieures à la nôtre. Que de fois on les bafoue sans les connaître ! On s'est imaginé que l'ethnologie des peuples inférieurs n'est qu'un amas de divagations, un fatras de niaiseries; — en effet, les préjugés paraissent doublement absurdes quand on n'en a pas la clef; — on...
Page 235 - L'Algérie, comme la Bretagne, est et sera longtemps encore la terre promise des archéologues. Depuis l'humble tombe jusqu'aux gigantesques constructions du Médracen et de la Chrétienne ; depuis les dolmens, les menhirs, etc., jusqu'aux monuments symboliques, il ya de tout, en Algérie. Tous les peuples, toutes les races qui se sont succédé sur cette terre y ont imprimé leur cachet, y ont laissé leurs empreintes.
Page 280 - Donner une vue d'ensemble des principaux travaux accomplis, soit par les Sociétés savantes, soit par les particuliers. 2. Découvertes préhistoriques dans le département de l'Eure et la haute Normandie.
Page 131 - ... Régnault, déjà connu par des recherches sur le préhistorique, en a entrepris une exploration détaillée. Ses fouilles ont duré toute une année. Vers le fond de la grotte, se trouve un puits à parois verticales, qui n'a pas moins de 20 mètres de profondeur ; on le connaît sous le nom d'Oubliettes de Gargas; personne n'y avait encore pénétré. N'écoutant que son dévouement à la science, M. Félix Régnault a réuni des échelles de corde, et il est descendu au fond du puits. Il a...
Page 471 - Pour bien savoir ce qui se passait chez les hâtions antiques, il n'ya qu'à savoir ce qui se passe chez les nations modernes, et voir s'il n'arrive pas quelque part sous nos yeux quelque chose d'à peu près pareil. » Combien souvent on a répété la parole profonde : « Voyager dans l'espace, c'est aussi voyager dans le temps...
Page 455 - ... exception pour l'illustre nom de Claude Bernard, c'est que nul n'a plus grandement représenté la science vraiment indépendante et n'a plus magistralement formulé cette méthode expérimentale dont l'emploi consciencieux suffit pour écarter les assertions téméraires. C'est à la science seule, interrogée dans ses représentants les plus authentiques, que j'ai demandé la réponse au problème des origines. J'admets, je réclame sa complète indépendance. Je reconnais hautement qu'elle...

Bibliographic information