Journal historique de l'établissement des Francais à la Louisiane

Front Cover
A.L. Noimare, 1831 - 412 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 171 - Chine avaient été réunies à celle d'Occident , par édit da mois de mai ly19.Cette compagnie, dont un des membres, M. d'Artaguette , fut chargé de la régie de la Louisiane , donna ordre de transférer le monde qui était sur l'île Dauphine au Biloxi , et de là dans le Mississipi, aux endroits où on leur avait accordé leurs concessions , et de former le comptoir principal au Biloxi, ce qui était tomber dans le même inconvénient qu'à l'établissement de l'île Dauphine, où la plupart...
Page 61 - ... d'Hudson , venaient continuellement en guerre chez les Assinipoils, qui étaient leurs plus proches voisins : ces derniers se trouvant faibles demandèrent la paix, et afin de la rendre plus solide ils s'allièrent aux Christianaux, en prenant de leurs femmes. Les autres Scioux,qui n'étaient pasentrés dans cette alliance , et qui avaient eu de tout temps la guerre avec eux, la continuèrent, de sorte qu'ayant trouvé un jour quelques Christianaux chez les Assinipoils, ils leur cassèrent la...
Page 61 - J'on voulait leur indiquer de quelle manière on desirait avoir satisfaction, ils viendraient la faire. M. Le Sueur leur répondit qu'il se réjouissait de ce qu'ils avaient de l'esprit , et que c'était à eux à voir ce qu'ils auraient à faire. Le 1 5, on vit arriver deux SciouxMantantous; ces sauvages avaient été envoyés exprès pour avertir que tous les Scioux de l'est et une partie de ceux de l'ouest s'étaient joints ensemble pour venir chez les Français, parce qu'ils avaient appris que...
Page 46 - Les chasseurs en ce temps-là font un petit sifflet du premier morceau de bois ou de canne, et lorsqu'ils entendent siffler un cerf, ils lui répondent; cet animal, croyant que c'est un autre cerf qui siffle, vient à eux , et ils le tuent sans peine. Du 1o au 1 4 , M.
Page 94 - ... une felouque avec l'équipage de son traversier pour se rendre à Pensacole, où son bâtiment était en carène aux frais des Espagnols. Il mit à la voile le 16; il avait pour passagers M. de Landèche avec ses officiers , et partie de l'équipage perdu. Le 16 novembre, deux canots de voyageurs Novembre. descendirent des Illinois. Parmi eux se trouvait , un nommé Laurain , qui avait été dans la rivière du Missouri. Il rapporta des nouvelles confuses de son cours , des nations qui l'habitent...
Page 389 - Indes, on eût pu parvenir à cette connaissance , ce n'aurait peut-être été qtfe par la tradition des originaires de cette partie du monde ; mais l'ignorance où ils étaient de l'Ecriture, ne se servant que de caractères de peinture, et de nœuds de diverses couleurs •qu'ils nommaient quipos, ne pouvaient pas donner de preuves fort anciennes. De ce qu'on vient de dire, il résulte que la question se réduit aux opinions; voici les principales : La première opinion se trouve appuyée de plusieurs...
Page 57 - Peu après il arriva deux Canadiens qui étaient allés en chasse; ils avaient été pillés par les Scioux de l'est , qui leur avaient enlevé leurs fusils pour se venger de l'établissement que M. Le Sueur avait fait dans la rivière Bleue. Le 14 le fort fut achevé; on lui donna le nom de fort L'Huilier. Le 22 on fit partir deux Canadiens pour aller inviter les Ayavois et les Otoctatas à venir établir un village auprès du fort, parce que ces sauvages sont laborieux et accoutumés à cultiver...
Page 40 - Osages, car ceux-ci ne se défient de rien, et les autres sont sur leurs gardes ; comme vous pourriez rencontrer les nations alliées, vous devez vous précautionner contre leurs entreprises, et empêcher qu'ils ne vous abordent, étant des traîtres et sans parole; je prie Dieu qu'il vous accompagne dans tous vos desseins. » A 22 lieues au-dessus de la rivière des Illinois, il passa une petite rivière, qu'il nomma la rivière aux Bœufs. Neuf lieues plus loin, il laissa à l'ouest une petite...
Page 70 - LES IIlNHANETONS. Village de la fiente. Village de ceux qui tirent dans un grand pin. Village de la carrière de pierre rouge. La suite des mémoires de M. Le Sueur n'a point paru; il passa en France avec M. d'Iberville, au mois d'avril 17o2. Quelques années après, repassant à la colonie, il mourut dans la traversée. Le 18, M.
Page 295 - ... compris la rivière de la Mobile et des Alibamons; les jésuites et prêtres de la congrégation, de la mission , le Missouri , les Illinois et les nations du nord. Messieurs les commissaires donnèrent ordre d'établir un conseil aux Illinois pour juger en dernier ressort, et cependant rendre compte au conseil supérieur, qu'on devait établir à la Nouvelle-Orléans, et d'y former le comptoir principal , enjoignant d'abandonner le fort Louis, et de n'y laisser qu'une simple garnison, et sur...

Bibliographic information