Essai sur l'histoire de l'Église réformée de Caen

Front Cover
F. Le Blanc-Hardel, 1877 - 597 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 210 - Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi.
Page 138 - Majesté désire que l'on essaye par tous moyens de leur persuader qu'ils ne doivent attendre aucun repos ni douceur chez eux, tant qu'ils demeureront dans une religion qui déplaît à Sa Majesté; et on doit leur faire entendre que ceux qui voudront avoir la sotte gloire d'y demeurer des derniers pourront encore recevoir des traitements plus fâcheux s'ils...
Page 137 - On en a le détail dans plusieurs livres de ce temps-là ; ainsi il seroit inutile d'en parler. Mais il faut remarquer que toutes ces cruautés ont fait sortir du royaume huit cent mille personnes, qui ont tous emporté le plus d'argent qu'ils ont pu : gens au reste sur qui rouloit une grande partie du commerce, parce que, n'étant plus admis dans les charges, ils étoient appliqués ou à des manufactures, ou à faire profiter leur argent; si bien que leur fuite a causé de très-grandes plaies...
Page 226 - ... formule suivante prononcée par le pasteur indique au parrain quels sont ses devoirs: « Puisque vous présentez cet enfant pour être reçu dans l'Église de Dieu, vous promettez qu'à mesure qu'il avancera en âge, vous prendrez soin qu'il soit instruit dans la doctrine chrétienne que Dieu nous a révélée dans les Livres sacrés de l'Ancien et du Nouveau Testament, et dont nous avons un abrégé dans la confession de foi qui commence ainsi : JE CROIS EN DIEU, LE Père TOUT-PUISSANT, etc.
Page 81 - Caen , que les catholiques et les » huguenots vivaient ici dans une grande in» telligence ; qu'ils mangeaient , buvaient, » jouaient, se divertissaient ensemble, et se » quittaient librement, les uns pour aller à la » messe, les autres pour aller au prêche , sans » aucun scandale, ni d'une part, ni d'autre.
Page 137 - Défenses itératives à tous de sortir, eux, leurs femmes et enfans, hors du royaume, sous peine des galères pour les hommes, et de confiscation de corps et de biens pour les femmes.
Page 149 - Si à cette manière d'instruire, les curés et autres ecclésiastiques » joignent une conduite pleine de douceur et de charité envers les » nouveaux convertis ; si , loin de se rendre leurs délateurs , ils » prennent le parti d'intercéder et de demander grâce pour eux dans » les occasions ; s'ils les aident dans leurs besoins , et s'ils s'appliquent » à attirer leur confiance , et à gagner leurs cœurs , ils auront sans » doute la consolation d'en faire avec le temps de bons catholiques.
Page 137 - IVolc de l'ancien éditeur. ) publique, que tout le monde se liguât contre elle. Une autre cause de la décadence de ce royaume a été la manière dont on a songé à détruire la religion protestante en France. Le dessein même de la détruire...
Page 8 - ... chapitres, que, de leur part, ils aient un chacun respectivement, en droit soy, à faire le semblable » que les séculiers (1). Au surplus, un édit de Paris, 23 juillet 1543, enjoint aux inquisiteurs de la foi, de poursuivre les Luthériens, comme (1) Isambert, t.
Page 137 - ... Richelieu, qui n'a pas été suivi ; et on a dit que le jésuite La Chaise, confesseur du Roi, n'avoit pas lui-même été de l'avis des violences qu'on a faites. On dit que Le Tellier et Louvois ne vouloient pas la révocation de l'édit de Nantes, que les cagots poursuivoient ardemment.

Bibliographic information