Revue de l'Anjou, Volume 1

Front Cover
Impr.-librairie G. Grassin, 1880
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 497 - ... de veiller avec soin sur les fidèles du diocèse qui lui est confié, d'être fidèle à la nation, à la loi et au roi , et de maintenir de tout son pouvoir la constitution décrétée par l'Assemblée nationale et acceptée par le roi.
Page 234 - On dit que l'indépendance de la papauté m'est chère et que je suis résolu à lui obtenir d'efficaces garanties : on dit vrai. « La liberté de l'Église est la première condition de la paix des esprits et de l'ordre dans le monde. Protéger le Saint-Siège fut toujours l'honneur de notre patrie et la cause la plus incontestable de sa grandeur parmi les nations.
Page 3 - Ouvrez une souscription devant le tombeau de Newton ; souscrivez tous indistinctement pour la somme que vous voudrez. Que chaque souscripteur nomme trois mathématiciens, trois physiciens, trois chimistes, trois physiologistes, trois littérateurs, trois peintres, trois musiciens.
Page 497 - Je jure de veiller avec soin sur les fidèles qui me sont » confiés ; d'être fidèle à la nation, à la loi et au roi , et » de maintenir de tout mon pouvoir la constitution ». décrétée par l'assemblée nationale et acceptée par le
Page 111 - Je souhaite que votre mariage vous rende aussi heureux qu'il m'a rendue malheureuse : croyez que, lorsque le souhait est bien sincère, la générosité et la bonté ne peuvent pas être portées plus loin. — Je n'ai point reçu de réponse à une lettre que je vous ai écrite il ya huit jours. Je ne m'en plains pas ; je vous en avertis seulement, parce que je voudrais bien qu'elle ne fût pas perdue.
Page 366 - ... mais ce n'est pas ma faute, — ce rictus épouvantable courant d'une oreille à l'autre, et ces lèvres pincées par la cruelle malice comme un ressort prêt à se détendre pour lancer le blasphème ou la sarcasme.
Page 579 - L'homme supérieur, et, de plus, l'homme excellent, sincère, amical, père de famille, s'y montre à chaque page dans toute la vivacité du naturel, dans tout le piquant de l'humeur, et, si l'on peut dire, dans toute la gaieté et la cordialité du génie.
Page 391 - Bruslon qui portaient, selon l'Armorial général de l'Anjou : d'azur à une rose d'argent posée en cœur, accompagnée en chef de deux étoiles d'or et en pointe d'un croissant de même.
Page 365 - S'il essaie la satire , il glisse dans le libelle ; il est insupportable dans l'histoire , en dépit de son art , de son élégance et des grâces de son style ; aucune qualité ne pouvant remplacer celles qui lui manquent et qui sont la vie de l'histoire , la gravité , la bonne foi et la dignité. Quant à son poème épique , je n'ai pas droit d'en parler : car pour juger un livre , il faut l'avoir lu, et pour le lire il faut être éveillé.
Page 571 - Jean écoutant les trompettes, ne laissent rien à désirer à l'imagination tout à la fois la plus brillante et la plus sage. La beauté mâle dans sa fleur respire sur la figure des anges; en eux se réunit la grâce sans mollesse et la vigueur sans rudesse ; ils n'ont pas les deux sexes comme le dégoûtant hermaphrodite ; ils ont la beaulé des deux sexes, et cependant ils n'ont point de sexe.

Bibliographic information