Archives curieuses de l'histoire de France depuis Louis XI jusqu'à Louis XVIII, ou Collection de pièces rares et intéressantes ... publiées d'après les textes conservés à la Bibliothèque royale, et accompagnées de notices et d'éclaircissemens; ouvrage destiné à Leber

Front Cover
Beauvais, 1838
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 163 - Comme vous êtes le principal agent dont Dieu s'est servi pour me conduire dans tous les honneurs où je me vois élevé, je me sens obligé de vous apprendre qu'il a plu au roi de me donner la charge de son premier ministre, à la prière de la reine.
Page 72 - ... et à tous les autres qui pourraient retarder mon jugement. » L'arrêt ne se fit point attendre. Arrivé à Toulouse le 27 octobre, à midi, le duc avait demandé un confesseur. « Mon père, dit-il au prêtre, je vous prie de me mettre tout à cette heure dans le chemin du ciel le plus court et le plus certain que vous pourrez, n'ayant plus rien à espérer ni à souhaiter que Dieu.
Page 41 - Lorsqu'on les rappela à la cour, on fit revenir M. de Chevreuse deux ou trois jours avant M. de Montmorency, auquel cette différence fut très-sensible, ne s'attendant à rien de pareil de la part de M. le cardinal, qui lui avoit de grandes obligations. Quoiqu'on eût fait sortir M. de Praslin et La Chaussée de la Bastille, il embrassa la première occasion qui se présenta de faire éclater son ressentiment, qui fut lorsque Monsieur s'étant retiré en Lorraine, et de là en Flandre dans le dessein...
Page 373 - Ils nous sont demeurés comme un monument effrayant de l'empire qu'un homme peut arracher à force de temps, d'intrigues et d'audace. I. Un prince doit avoir un premier ministre, et ce premier ministre trois qualités : i° qu'il n'ait pas d'autre passion que son prince, 2° qu'il soit habile et fidèle, 3° qu'il soit ecclésiastique.
Page 409 - ... avec la minute ou chappitre subséquent. » Item, en ung aultre livre escripra, ledict greffier, les appointemens , conclusions et actes des chappitres ordinaires , les fautes commises par les chevaliers de l'ordre, dont ils auront estez blasmez et reprins en chappitre, les corrections , pugnitions et peines qui pour che leur auront esté ordonnées...
Page 314 - ... fait son frère cardinal , et que tant s'en faut que cela ait porté préjudice à l'ordre qu'au contraire il le maintient et maintiendra par son autorité et dignité , et que le Père Josef fera la même chose en ce royaume.
Page 178 - Marquemont qu'il fallait nécessairement qu'il eust quelque lumière intérieure, qui causait en lui tant de ferveur et de zèle, ce fut une sainte et ardente passion qu'ils avoient tous deux pour les missions étrangères et pour la conversion des schismatiques et des infidelles. » Estant depuis élevé au ministère, il ne laissa pas de conserver toujours celte même ardeur et ce même zèle, et l'on croit qu'il poursuivit l'établissement du commerce des mers, et la qualité de...
Page 172 - Elle eût par ce moyen affranchi pour jamais cette nation de la tyrannie de la maison d'Autriche, si Fargis, son ambassadeur en Espagne, n'eût, à la sollicitation du cardinal de Berulle, fait (ainsi qu'il l'a confessé depuis) , sans votre su, et contre les ordres exprès de Votre Majesté, un traité fort désavantageux , auquel vous adhérâtes enfin pour plaire au Pape, qui prétendoit être aucunement intéressé dans cette affaire.
Page 74 - Jésus.Christ fut abreuvé et que je me degoûte entièrement de la vie. » Les contemporains rapportent diverses paroles encore de ses entretiens avec son confesseur. « Courage, mon Père, lui dit-il en le voyant venir à lui; voicy une grande journée. J'ay besoin des secours de Dieu et de vostre assistance, d'autant plus que je me sens indigne des grâces qu'il me fait, d'estre dans un si grand mépris de la mort. Mais veillons à ce que quelque esprit de vanité ne m'emporte sur ce sujet. Tâtez...
Page 40 - L'oeil pourri, et la dent creuse. M. de Chevreuse en fut averti; et se trouvant à quelques jours de là chez la même dame, où étoit M. de Montmorency, il prit occasion de parler des valentins, et dit qu'on en avoit fait un sur lui; mais que le poëte étoit un grand coquin de n'avoir osé mettre son nom , et que s'il le savoit il le traiterait comme il le méritoit.

Bibliographic information