Géographie de Grégoire de Tours de Frédégaire et de leurs continuateurs

Front Cover
Didier, 1861 - 237 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 148 - SAXONES BAJOCASSINI. Dans les derniers temps de l'empire, quand, de toutes parts, les barbares se jetaient sur la Gaule, des Saxons pénétrèrent jusqu'au fond de la Deuxième et de la Troisième Lyonnaise. Nous n'avons connaissance de ceux qui s'établirent dans la Troisième Lyonnaise que par quelques vers de Fortunat, dans lesquels l'évêque de Poitiers félicite celui de Nantes, Félix, d'avoir converti ces barbares : Munere Felicis, de vepre nata seges, Aspera gens Saxo, vivens quasi more...
Page 63 - A&prœposili ouprœfecti, avec une extension d'attributions fiscales qui les fit comprendre dans la catégorie générale des susceptores ou conductores de revenus publics ou de propriétés domaniales. » Avec cette extension du système municipal on s'explique le morcellement des peuplades gauloises, dont beaucoup, bien qu'ayant vécu dans une condition subordonnée, étaient cependant encore assez considérables : chaque...
Page 47 - Au milieu de tant d'incohérence et de confusion, il m'a semblé qu'on ne devait pas accepter la division en pagi majores et pagi minores , répondant ceux-là aux cités, ceux-ci à des fractions de cité , et formant des divisions et des subdivisions. A la rigueur, comme on trouve des pagi de toute grandeur depuis le sol de la villa jusqu'au territoire d'une province , la distinction en majores et minores n'est pas...
Page 82 - Une sédition s'est élevée dans une localité (m loco quodam), un homme est massacré ; à quelques jours de là son frère tue par vengeance le meurtrier, ce qu'ayant appris, le juge du lieu fait jeter cet homme en prison, disant : • II a mérité la mort, celui qui, de son propre mouvement, sans attendre la sentence du juge, a osé venger de ses mains son frère'.
Page 42 - Qu'il ya confusion, absence de régularité dans le langage autant que dans les faits et les idées de l'époque dont je m'occupe; qu'il ya mélange abusif des termes géographiques ; qu'à défaut de règles cependant et pour qu'on puisse encore s'entendre, l'habitude a limité à certains faits l'emploi de certains mots, et j'ai cherché à dégager ce sens habituel. C'est ainsi que le terme civitas n'a pas été détourné de sa haute acception pour être appliqué à une simple villa et que réciproquement...
Page 148 - Les Saxons de la Deuxième Lyonnaise sont devenus plus célèbres et ont tenu plus de place dans notre histoire. Grégoire de Tours indique, par l'épithète Bajocassini, qu'on doit chercher leur place dans les environs de Bayeux (v, 27 ; x, 9). En effet, Lebeuf (Mém. de VAcad.
Page 62 - Curatores reipublicie étaient des magistrats extraordinaires, nommés par l'empereur pour surveiller l'administration financière des colonies et des municipes, civitates. Ces cités ne pouvaient, sans leur autorisation, aliéner une partie de leur domaine, ni entreprendre des constructions considérables.
Page 9 - C'est ainsi que le nom des A uscii suffirait à faire connaître l'origine euske de cette peuplade, si nous ne savions ce fait par d'autres témoignages. Des études complètes sur la Gaule devraient donc prendre pour base la langue celtique ; mais je ne crois pas que l'état de nos connaissances, en ce qui concerne cette langue, soit encore assez avancé pour produire de suffisants résultats : c'est donc une entreprise dont il faut remettre le soin à l'avenir.
Page 103 - Tours , et dont les noms paraissent conserver quelqu'af flnité avec ce radical ; ce sont : Azayle-Rideau, Azay-sur-Cher , Azay-sur-Indre , Azay-lePerrou, Assay. J'ai conjecturé, dans la première édition de ce travail, que ce grand nombre de localités, portant le même nom, pouvait représenter un ancien pagus des temps celtiques, une petite peuplade, ou un coin du sol distingué par quelque caractère particulier.
Page 179 - ... donc que le témoignage de Grégoire de Tours, relatif à une communication du fleuve avec la mer Rouge, et qui, isolé, serait sans valeur, tire une grande force de son rapprochement avec le texte de Dicuil. D'abord, rien d'invraisemblable dans une interversion des deux termes orient et occident. Mais sans recourir à ce genre d'explication, toujours défectueux en critique, peut-être le texte de notre auteur, tel qu'il est, trouve-t-il son explication dans l'étude des localités. — Qu'on...

Bibliographic information