Mémoires de la Société d'émulation du Doubs, Volume 1892

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 485 - Aisne. Société académique des sciences, arts, belles-lettres, agriculture et industrie de Saint-Quentin -1862 Allier. Société des sciences médicales...
Page 487 - Société d'histoire ecclésiastique et d'archéologie religieuse des diocèses de Valence, Gap, Grenoble et Viviers (Romans).
Page 488 - Société des sciences de Nancy (ancienne Société des sciences naturelles de Strasbourg) " . . . . 1866 Meuse . Société polymathique de Verdun I»
Page 202 - Allez, ma mère, allez devant, faites-moi dresser un beau lit blanc. Mais faites-le dresser si bas que ma femme ne l'entende pas.
Page 465 - Le millésime placé en regard du nom de chaque membre indique l'année de sa réception dans la Société. Les membres de la Société qui ont racheté leurs cotisations annuelles sont désignés par un astérisque (*) placé devant leur nom, conformément à l'article 21 du règlement.
Page 487 - Midi de la France; Toulouse. . 1872 Société des sciences physiques et naturelles de Toulouse 1875 Gironde. Société des sciences physiques et naturelles de Bordeaux 1867 Société d'archéologie de Bordeaux 1878 Société Linnéenne de Bordeaux 1878 Hérault. Académie de Montpellier 1869 Société archéologique de Montpellier 1869 Sxr.éf.é il étude des ««.-innées naturelles de Béziers . . . 1878 Isère.
Page 202 - Qui se plaignent du mal de dents. —Ah! dites, ma mère, ma mie, Ce que j'entends clouer ici? ' —Ma fille, c'est le charpentier Qui raccommode le plancher. — Ah ! dites, ma mère, ma mie, Ce que j'entends chanter ici ? — Ma fille, c'est la procession Qui fait le tour de la maison ! — Mais, dites, ma mère, ma mie, Pourquoi donc pleurez-vous ainsi ? — Hélas!
Page 139 - ... naturellement franc et ingénu. Il a de sa mère, la taille, la beauté, la douceur et la bienfaisance ; mais aucun trait extérieur ne le rapproche de son père, et il doit d'ailleurs le craindre plus que l'aimer. Paul , devinant les intentions de Catherine en faveur de ce fils , a toujours eu de l'éloignement pour lui ; il ne lui trouve ni son caractère ni ses goûts ; car Alexandre paraît se prêter par obéissance, plus que par inclination, à ce que son père exige de lui.
Page 485 - Comité des travaux historiques et scientifiques près le Ministère de l'Instruction publique (cinq exemplaires des Mémoires) 185G Ain.
Page 203 - Ah! dites, ma mère, ma mie, — Ce que j'entends chanter ici ? — Ma fille, c'est la procession — Qui fait le tour de la maison ! » « Mais dites, ma mère, ma mie, — Pourquoi donc pleurez-vous ainsi? — Hélas! je ne puis le cacher; — C'est Jean Renaud qui est décédé.

Bibliographic information