Page images
PDF
EPUB

A PARIS,

DE L'IMPRIMERIE DE CRAPELET,

RUE DE VAUGIRARD, No 9.

HISTOIRE

DE

LA NORMANDIE

SOUS LE REGNE

DE GUILLAUME-LE-CONQUÉRANT

ET DE SES SUCCESSEURS,

DEPUIS LA CONQUÊTE DE L'ANGLETERRE

JUSQU'A LA RÉUNION DE LA NORMANDIE AU ROYAUME DE FRANCE;

[merged small][merged small][graphic][merged small]
[ocr errors]

PREFACE.

Je n'aurais probablement pas entrepris d'écrire l'histoire de la Normandie sous la dynastie de Guillaume-le-Conquérant, si je n'y avais été fortement engagé par M. Éd. Frère, libraire très zélé pour toutes les recherches relatives à l'état ancien de sa patrie, et qui, ayant publié les deux volumes laissés par feu Th. Licquet, bibliothécaire à Rouen, sur l'histoire de la Normandie ', désirait faire continuer et compléter cet ouvrage. Ayant montré naguère dans mon Histoire des expéditions des Normands, et de leur établissement en France au xe siècle, comment, par l'impéritie d'un roi de France, et par l'habileté d'un chef normand, la Neustrie fut détachée du royaume, j'ai été peut-être excusable aussi en reprenant la plume pour faire voir comment, au bout de trois siècles, cette même province sortit des mains de l'Angleterre pour rentrer sous la couronne de France; cette fois, grâce à l'habileté d'un autre roi, et à l'impéritie d'un autre duc de Normandie.

Quoique l'histoire des provinces d'un grand

1 Histoire de Normandie, depuis les temps les plus reculés jusqu'à la conquête de l'Angleterre en 1066. Rouen, 1855; Ed. Frère et Nic. Périaux, éditeurs. 2 vol. in-8°.

vj

PRÉFACE.

royaume, prises isolément, n'offre en général qu'un intérêt secondaire, la Normandie fait pourtant une exception; car son histoire se lie intimement à celle de l'Angleterre et de la France, et à plusieurs grands événemens du moyen âge. La Normandie est le premier motif de la rivalité entre les deux grandes puissances; rivalité qui, trop féconde en maux, malgré quelques suites avantageuses, s'est prolongée durant des siècles. Le règne des descendans du conquérant de l'Angleterre offre d'ailleurs de grandes leçons au monde: on ne peut y méconnaître cette justice distributive, appelée Némésis par les anciens, punition du ciel par les chrétiens, cette justice dont la main puissante et invisible rétablit l'équilibre du monde social lorsqu'il a été troublé par les crimes des souverains et des peuples.

Une considération capable de détourner l'écrivain qui veut retracer cette histoire, c'est le défaut de documens; non pas que l'on manque d'annales et de chroniques; il y en a de très détaillées; celles d'Orderic Vital, de Robert de Thorigny, de Benoît de Péterborough sont de ce nombre; mais presque toutes ces chroniques ont été écrites dans les cloîtres, par des hommes peu attentifs à la marche de l'esprit humain, et à

« PreviousContinue »