Mémoires complets et authentiques du duc de Saint-Simon sur le siècle de Louis XIV et la régence, Volume 7

Front Cover
Hachette, 1857
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 274 - Ses manières y répondaient dans la même proportion, avec une aisance qui en donnait aux autres, et cet air et ce bon goût qu'on ne tient que de l'usage de la meilleure compagnie et du grand monde, qui se trouvait répandu de soi-même dans toutes ses conversations...
Page 446 - ... en vertu des ordres du roi , les articles de loi nommés capitula que le roi lui-même avait rédigés par l'inspiration de Dieu, ou dont la nécessité lui avait été manifestée dans l'intervalle des réunions.
Page 339 - M. le duc d'Orléans étoit de taille médiocre au plus , fort plein , sans être gros , l'air et le port aisé et fort noble, le visage large, agréable, fort haut en couleur, le poil noir et la perruque de même. Quoiqu'il eût fort mal dansé , et médiocrement réussi à l'académie , il...
Page 9 - ... j'ai décrit ailleurs son horrible physionomie ; éperdu tout à coup par l'ouïe et par la vue, je fus saisi, tandis qu'il parlait, de ce que c'était qu'un jésuite, qui, par son néant personnel et avoué, ne pouvait rien espérer pour sa famille, ni, par son état et par ses vœux, pour...
Page 274 - ... facile, nette, agréable; un air de clarté et de netteté pour se faire entendre dans les matières les plus embarrassées et les plus dures; avec cela un homme qui ne...
Page 343 - C'est ce qui a été admiré en Espagne , et pleuré en Italie, quand il y prévit tout, et que Marsin lui arrêta les bras sur tout. Ses combinaisons...
Page 108 - J'ai acheté du repos ; j'en connais l'impuissance et l'inutilité. Nous pouvons tout ce que nous voulons tant que nous sommes ; après nous, nous pouvons moins que les particuliers ; il n'ya qu'à voir ce qu'est devenu celui du roi mon père, et aussitôt après sa mort, et ceux de tant d'autres rois.
Page 345 - L'avarice , la débauche, l'ambition étaient ses dieux ; la perfidie , la flatterie, les servages, ses moyens; l'impiété parfaite , son repos ; et l'opinion que la probité et l'honnêteté sont des chimères dont on se pare, et qui n'ont de réalité dans personne , son principe, en conséquence duquel tous moyens lui étaient bons.
Page 286 - L'excès de l'étonnement et de l'étourdissement prévalut d'abord, et suspendit tout autre sentiment ; mais bientôt la douleur, le dépit, la rage et le désespoir se firent place. Succédèrent à leur tour les tristes et profondes réflexions sur une démarche aussi violente et aussi inouïe...
Page 90 - Un prince, arrivé et vieilli dans oe comble extrême de puissance, oublie que sa couronne est un fidéicommis qui ne lui appartient pas en propre , et dont il ne peut disposer, qu'il l'a reçue de main en main de ses pères à titre de substitution , et non pas de libre héritage (je laisse à part les conditions abrogées par la violence et le souverain pouvoir devenu totalement despotique) ; conséquemment qu'il ne peut toucher à cette substitution ; que , venant à finir par...

Bibliographic information